En bref

Le web mobile est dans une impasse

Bien que je le fasse tout le temps, je n’aime pas afficher de pages web sur mon smartphone. Naviguer sur internet depuis un mobile rassemble un nombre incalculable de mauvaises expériences utilisateur tellement ce mode d’accès est une combinaison de défauts et de lacunes d’ergonomie.

Le web sur mobile est pourtant le nouveau gros relais de croissance de trafic des sites internet : rien que sur Pixel Conscient, vous êtes  environ 30% à me lire depuis un mobile, et cette part augmente plus rapidement que le trafic depuis un ordinateur classique. On consulte de plus en plus internet depuis un mobile, par commodité, que ce soit dans les transports, dehors, au bureau ou carrément au lit. Et cette tendance propre à l’ère du « post-PC » n’est pas prête de s’inverser, tant nos smartphones prennent une part importante de nos vies tout comme leurs écrans augmentent de taille.

Safari sur mon iPhone 5S est lent, a tendance à crasher pour des raisons improbables et ne me mène pas toujours là ou je le voulais. Les pages sont lentes à charger, même en wifi ou en 4G. Il arrive aussi fréquemment que l’on se retrouve coincé par je ne sais quelle boucle de redirection foireuse. Ne parlons pas des différentes versions de Chrome auxquelles j’ai eu affaire sur les appareils Android de mes amis, qui à la première occasion vous font cliquer sur une pub entre deux freeze. Et tous ces sites qui vous agressent en vous balançant à la figure une pub pour leur application native.. Je suis sur la version mobile de ton site, je veux accéder au contenu maintenant et j’en ai rien à foutre de ton app !

Safari iOS - PIXEL CONSCIENT

Sur mobile, accéder à internet via un navigateur – ici Safari iOS – n’est vraiment pas optimal.

Les plateformes fermées à la conquête du web mobile

L’état général du web sur mobile et tellement médiocre que quelques entreprises high-tech ont convaincu les médias et autres créateurs de contenu à publier sur des plateformes alternatives et fermées. Conçues d’après ce constat pour une meilleure expérience utilisateur sur smartphone, ces plateformes vont dans le mépris le plus total des standards du web ouvert qui ont demandé tant d’efforts de coordination aux acteurs du monde high-tech pour être mis en place durant les 20 dernières années.

Par exemple, un article consulté depuis Facebook sur mobile peut pendre en moyenne jusqu’à 8 secondes pour se charger et le réseau social travaille à une alternative : « Instant Articles » . Une plateforme où seront hébergés les articles (et plus seulement les liens), d’abord des grands journaux, pourquoi pas ensuite une part plus ambitieuse du web. Instant Articles permettrait un chargement rapide, des graphismes mieux gérés ainsi que tout un ensemble de nouvelles possibilités pour les smartphones. Facebook voudrait-il remplacer internet en absorbant en son sein les articles des pages web, devenant éditeur de presse ? On était déjà obligés de consulter les articles depuis le navigateur incomplet de l’app Facebook et non directement dans le vrai navigateur du mobile, cette tendance va empirer.

Pour attirer ces médias et les convaincre de lui confier leurs contenus, le réseau social serait pour eux le gage d’une forte audience, en plus de la possibilité de mutualiser les informations récoltées sur les lecteurs pour toujours mieux cibler les publicités. Cependant, une étude de l’année dernière pourrait calmer les ardeurs de Facebook en relativisant ses arguments (Facebook : on partage plus qu’on ne lit).

Face aux problèmes d’ergonomie, Apple News et Facebook Instant Articles tournent le dos au web mobile ouvert

Dans la même veine, Apple a présenté « Apple News » qui est livré avec iOS 9, pour permettre à la presse de publier directement sur les iPhone sans passer par Safari. Une annonce qui fait directement écho à la possibilité récente de créer des bloqueurs de pub sur Safari, soit le navigateur mobile le plus populaire du monde et une aussi grosse source de revenus potentiels en moins pour les médias. Apple use donc ici de son monopole pour pousser les médias vers son nouvel outil de publication s’ils veulent continuer à engranger des revenus publicitaires grâce aux internautes utilisants un iPhone.

La parade aux failles du web mobile de Facebook, Instant Articles, est une plateforme fermée qui a pour but de rendre les articles de presse interactifs et plus agréables à lire.

La parade aux failles du web mobile de Facebook, Instant Articles, est une plateforme fermée qui a pour but de rendre les articles de presse interactifs et plus agréables à lire.

Il s’agit là du parfait exemple du remplacement du web ouvert et décentralisé par un système propriétaire de publication, totalement sous le contrôle d’un multinationale. Les médias seront à la merci d’un monopole supplémentaire de Facebook ou Apple, et des clauses plus ou moins abusives qu’ils tenteront d’imposer, à propos de la visibilité des médias sur ces plateformes ou du partage des revenus publicitaires par exemple. Apple et Facebook tournent donc le dos au HTML et au CSS, et toutes ces innovations qui font les standards du web ouvert et qui ont mis des années à être accomplies. Ces nouveaux services sont d’ailleurs uniquement prévus pour mobile, preuve de la médiocrité de ce support pour afficher le web et du fort besoin d’y apporter une meilleure ergonomie.

Les plateformes fermées sont un frein à l’innovation

Comment les médias pourront-ils publier rapidement s’ils doivent être présents sur plusieurs plateformes fermées et totalement différentes les unes des autres ? Comment pourront-ils proposer de nouveaux services interactifs, créer de nouveaux formats de publicités, ou tout simplement construire de nouveaux modèles économiques s’ils sont dépendants de ces plateformes ?

Quand on considère la taille et l’influence actuelle des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), on ne peut que se demander jusqu’à quel point les médias vont devenir dépendants de leurs plateformes de publication. Innover est presque impossible s’il est nécessaire de déployer des efforts techniques sur plusieurs fronts à la fois simplement pour publier, tout en étant étranglé économiquement par une relation de dépendance vis à vis du distributeur.

Le but de l’ensemble du web était de simplifier et démocratiser le fait de publier du contenu sur des sites, en utilisant des normes à partir desquelles n’importe qui pouvait créer et consulter. Le web fut l’énorme succès que l’on a connu, mais la combinaison de navigateurs dégueulasses peu performants que sont les smartphones est sur le point de détruire tout ça.

Les smartphones ont aujourd’hui une puissance de calcul brute comparable à celle de nos ordinateurs, et pourtant il est incroyablement plus agréable de surfer sur le web via ces derniers. À mon avis, même un laptop quelconque âgé de plusieurs années est préférable au dernier smartphone haut de gamme à la mode pour consulter des pages web.

Le web mobile peu performant a créé le marché des applications mobiles

On peut aussi voir le problème sous un angle totalement différent. Windows 10 est sorti fin juillet 2015 et il y a eu tout un évènement autour du fait que Microsoft l’a rendu gratuit pour énormément de gens qui en utilisent une ancienne version. C’est une première pour Microsoft, qui a pour habitude de gagner de l’argent en vendant de nouvelles versions de son système d’exploitation. Mais avec cette gratuité la multinationale sert une cause bien plus sombre une autre cause : celle d’agrandir le parc installé de Windows 10 le plus rapidement possible. Ceci parce que les applications conçues pour Windows 10 peuvent être exécutées sur une large gamme d’appareils, dont les smartphones.

Microsoft espère donc que, voyants le nombre d’utilisateurs exploser, les développeurs se précipiteront pour créer un grand marché d’applications Windows 10. C’est-à-dire des apps conçues pour fonctionner sur les ordinateurs W10 mais également d’une pierre deux coups pour Windows Phone (et c’est ce cercle vertueux qui a manqué à WP pour rencontrer le succès sur le marché des smartphones). Malgré tout je suis pratiquement certain que ce plan échouera, et sera un énorme manque à gagner pour le dinosaure qu’est aujourd’hui Microsoft.

Windows 10, fourni gratuitement à énormément d'utilisateurs, se veut comme une famille de produits qui inclut les smartphones Windows Phone, entre autres.

Windows 10, fourni gratuitement à énormément d’utilisateurs, se veut comme une famille de produits qui inclut les smartphones Windows Phone, entre autres.

En effet, quels sont les développeurs qui iront passer du temps à créer une application dédiée aux PC Windows 10 dans le faible espoir de toucher également le marché des Windows Phone, quand ils peuvent tout simplement créer une application web qui concerna à la fois les utilisateurs PC et Mac ? Quel utilisateur étourdi ira s’emmerder à installer une application eBay ou Monoprix sur son PC quand il peut retrouver tous ces services directement sur le site web correspondant, comme depuis des années ?

Ce sont les mauvais logiciels sur PC qui ont donné une bonne raison aux sites et apps web d’exister. Tout comme ce sont les mauvaises performances du web sur mobile qui ont créé le marché des apps sur mobile. La première personne a avoir compris cela, c’est Steve Jobs, qui a en premier lieu tenté de pousser les développeurs vers des applications web pour l’iPhone en 2006-2007, avant de se rétracter face à la triste réalité des mauvaises performances du web mobile et donc d’ouvrir l’App Store pour des apps natives telles qu’on les connaît aujourd’hui.

Cette partie croissante d’internet en terme de trafic qu’est le web mobile va-t-elle commencer à disparaître au profit de plateformes verrouillées et maîtrisées par les multinationales au détriment de l’innovation ? Consulterez-vous prochainement Pixel Conscient uniquement depuis une app mobile native ? Seul l’avenir nous le dira. []

______

Plus d’articles bientôt

Timothée Fournié-Taillant, le Pixel Conscient

A propos Timothée Fournié-Taillant (16 articles)
Étudiant en droit et passionné de nouvelles technologies, j'ai créé mon blog Pixel Conscient pour y publier mes réflexions et articles de fond sur l'ère numérique. timothee(at)pixelconscient.net

2 commentaires sur Le web mobile est dans une impasse

  1. Tout à fait d’accord !

  2. Encore un article intéressant, ça devient la norme sur ce site. Je suis un grand utilisateur du net sur mon smartphone et j’ai l’impression d’un retour au Moyen-Âge comparé au pc classique. La navigation est lente, les publicités prolifèrent… Les renvois vers d’autres articles sont choisis avec parcimonie, j’ai appris qu’on partageait bien plus qu’on ne lisait, j’ai pris connaissance de la déliquescence du dinosaure Microsoft comme vous dites et d’Instant Articles qui me paraît plutôt prometteur même si cela pose plusieurs questions/problèmes. C’est un article bien construit qui donne envie d’aller plus loin, une réussite totale avec une petite touche d’humour qui va bien avec les mots barrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*